Année 2014

ANNÉE 2014

3 janvier 2014

Sainte année à chacun, chacune ! Que celle-ci soit l’occasion de voir naître des rêves qui vous dépassent ! Pour 2014, je nous souhaite de tout coeur de savoir dépasser nos « petites ambitions » pour nous réaliser et nous ouvrir pleinement, entièrement, et… en grand. Que cette année soit l’occasion de rencontres riches, en vérité : rencontres qui font grandir, espérer et aller de l’avant ! Oser croire que ce qui ne se réalise pas dans l’immédiateté nous réserve quelque chose d’encore plus beau que ce que nous aurions pu imaginer ! Que Dieu vienne nous sublimer et nous surprendre car dans la non-maîtrise et la surprise jaillissent la créativité et la joie de vivre Pour commencer cette année à l’aumônerie, nous vous proposons un cycle sur les vocations avec notamment ces deux prochains mercredis des réflexions sur le mariage et la vie conjugale. Pour nous y aider, nous avons la chance de recevoir deux couples ce mercredi 8 janvier qui viendront nous questionner et témoigner de ce qu’ils vivent : prémices de la rencontre du mercredi 15 janvier au cours de laquelle le Centre de Préparation au Mariage de la paroisse de la Sainte Trinité viendra nous développer le sacrement du mariage et ce à quoi il engage…  Et pour le vivre : que de joies et que de défis ! À mercredi donc, nous nous retrouvons après ce temps de vacances à 19h. pour la Messe à l’Abbaye aux Dames.Bonnes révisions à ceux qui sont dedans, et bonne reprise à tous. Marie-Laetitia

10 janvier 

Baptême et sainteté ordinaire : Hier, l’Église nous invitait à célébrer le Baptême de Jésus dans les eaux du Jourdain. Cet épisode évangélique est une « théophanie », c’est-à-dire une manifestation de Dieu qui se rend visible. Nous assistons à une manifestation du Dieu trinitaire. Alors que Jésus remonte du Jourdain, la voix du Père lui rend témoignage, en le présentant comme le Fils bien-aimé et l’Esprit, sous la forme visible d’une colombe, confirme la voix du Père… « Tu es mon Fils en qui j’ai mis tout mon amour ! » Cette fête est importante pour nous car elle manifeste également notre dignité baptismale. Jésus n’avait pas besoin d’être baptisé. Il a demandé à Jean de le faire pour que les eaux du baptême soient sanctifiées par son propre baptême. Parce qu’il a été plongé dans le baptême, désormais sont sanctifiées et sanctifiantes les eaux de tous les baptêmes célébrés par l’Église. Chaque être humain, par son baptême, est consacré par l’eau sanctifiée par la présence du Verbe, du Fils de Dieu. Il devient fils de Dieu, héritier de la vie divine. Il nous est dit : « tu es mon fils bien-aimé, ma fille bien-aimée en qui j’ai mis tout mon amour ! » Nous sommes alors envoyés pour vivre cet amour de Dieu au quotidien. C’est pour cela que l’Église ne s’arrête pas sur cette fête. Nous sommes déjà revenus au temps ordinaire qui remplace le temps de Noël. C’est le temps de la charité active, le temps de la foi et de l’espérance. C’est le temps de vivre l’Évangile ! Vivre l’Évangile, c’est le défi relevé par l’aumônerie. Ainsi, nous continuerons mercredi notre réflexion sur le mariage. Comment la vie de couple participe-t-elle à la sanctification de notre quotidien ? Comment peut-elle nous aider à vivre notre baptême ? Pour répondre à ces questions, retrouvons-nous avec des couples qui animent le Centre de Préparation au Mariage sur la paroisse… À mercredi ! Père Nicolas

17 janvier

amedi dernier, nous avons accueilli dans les murs de l’aumônerie l’icône de Marie, invoquée comme Sedes Sapientiae, c’est-à-dire « Trône de la Sagesse ». Elle a été commandée en 2000 par le pape Jean-Paul II à un artiste, le jésuite slovène Marko Ivan Rupnik. Le pape a alors souhaité que cette icône de Notre-Dame du Trône de la Sagesse sillonne le monde, pour aller à la rencontre des étudiants du monde entier. Présente dans les pays qui ont accueilli les JMJ (Allemagne, Espagne, Brésil…), elle parcourt chaque année un pays différent. Elle est donc cette année en France, et chez nous à Caen jusqu’au 31 janvier. Au-delà de l’événement international auquel cette icône nous relit, elle nous apporte un message important. Elle représente Marie qui tient son Fils sur ses genoux, le portant tel un trône. Son Fils porte le rouleau de la Parole. Elle nous offre celui qui est la Parole, la véritable Sagesse de Dieu, source à laquelle toutes les sagesses humaines peuvent se désaltérer. Pendant les études universitaires, la sagesse de l’homme se déploie et s’affermit, à condition qu’elle n’oublie pas qu’elle n’est pas sa propre source mais qu’elle se reçoit de Dieu, qu’elle se purifie sans cesse en lui. C’est ce que le pape François rappelait aux étudiants : « La pluralité de pensée et d’individualité reflète la sagesse multiforme de Dieu quand elle s’approche de la vérité avec honnêteté et rigueur intellectuelle, quand elle s’approche de la bonté, quand elle s’approche de la beauté, afin que chacun puisse être un don au profit de tous ». Mercredi prochain, Monseigneur Le Boulc’h, évêque de Coutances & Avranches, nous remettra l’icône au nom du pape François. Sachons l’accueillir et surtout nous abreuver à la source de la sagesse ! À mercredi… P. Nicolas

◊ 24 janvier

Nous avons eu la grande grâce d’accueillir cette semaine l’icône Maria Sedes Sapientae (Marie, Trône de la Sagesse) et de vivre ensemble mercredi cette veillée de prière qui nous a permis de nous adresser particulièrement à la Mère de notre Sauveur et de lui demander de nous permettre de connaître la vraie Sagesse qui est son Fils. Puissions-nous garder en nos cœurs le souvenir de cette icône, et que son passage parmi nous nous ait marqués profondément, nous invitant à renouveler notre foi au Christ et à nous dépasser afin de grandir en sagesse et au service de nos frères… L’aumônerie nous propose plusieurs rendez-vous en ce sens cette semaine : – Ce mercredi nous réfléchirons et échangerons autour de la politique et de la foi : nous aborderons des questions fondamentales à l’approche des municipales. – Ce lundi soir, et les prochains lundis, notre fameux rendez-vous Alpha Campus. Avec le thème « Pourquoi Jésus est-il mort ? », Alpha Campus fait encore très fort ! N’hésitez pas également à vous mettre au service de ce parcours (dans la préparation des repas, dans la prière à l’oratoire ou encore pour servir à table…) : c’est aussi une manière de témoigner ! – N’oubliez pas de vous inscrire pour notre voyage express à Rome (vendredi 25 à lundi 28 avril) pour les canonisations des Bienheureux Jean XXIII et Jean-Paul II afin que nous puissions acter la réservation du car. Cet événement ecclésial est une invitation pour nous tous. M. Laetitia

10 février

Un de chez nous… Notre semaine est chargée en propositions à l’aumônerie ! En plus des activités habituelles, elle est marquée par l’évangélisation : jeudi soir à partir de 21h30 à l’église Saint-Sauveur et dans les rues de Caen, le WE Jeunesse 2000 à l’Institution Saint-Pierre, le Café théologique mardi soir au Café Mancel, dans l’enceinte du château, sans oublier Alpha Campus, lundi soir, sur le thème de la foi. Toutes ces activités sont placées sous le haut patronage d’un témoin de l’évangélisation : saint Jean Eudes. C’est ce saint, originaire de chez nous, que nous découvrirons mardi soir au Café Mancel : il a sillonné les villes et les campagnes pour évangéliser nos régions. Quelle idée étonnante : choisir un témoin du 17ème siècle pour réfléchir à l’annonce de l’Évangile à nos contemporains ! Se référer à un homme du passé pour aborder le présent… Évangéliser, n’est-ce pas pourtant rendre accessible la Bonne Nouvelle de Jésus aux hommes et aux femmes de notre temps, selon les méthodes les plus contemporaines ? Comment ce prêtre normand pourrait-il nous aider aujourd’hui ? Comment cet homme du passé pourrait-il éclairer les défis de notre temps ? Voilà bien le défi qui nous est lancé demain soir : s’appuyer sur son exemple pour aller dans les périphéries de Caen, de nos facultés, de nos familles pour annoncer Jésus. Alors, venons nombreux pour écouter le père Benoît Sévenier, prêtre et disciple de saint Jean-Eudes, qui sait manier avec dextérité tant l’humour que les mots de la foi les plus sérieux ! « Il suffit du baptême pour évangéliser » Pape François, 17 décembre 2013 . Père Nicolas

◊ 17 février

« Ce n’est qu’en se dépassant que l’homme est pleinement humain » nous dit Jean-Paul II. Cette invitation au dépassement est bonne à ré-entendre et à approfondir afin de la vivre. Cette semaine à l’aumônerie : rendez-vous ce soir pour le Parcours Alpha avec la question : « Comment être certain de sa foi ?«  N’hésitez pas à continuer de porter le parcours et ses participants dans vos prières. De même, vous êtes les bienvenus si vous souhaitez rejoindre la fine équipe pour le WE qui s’annonce à Mondaye avec un programme convivial ! Mardi, première rencontre « pour les filles » avec une animatrice du Cler en salle de Budos autour de la formation à l’auto-observation et la découverte de notre corps (la semaine prochaine pour les garçons !): parce que nous sommes un corps, lieu que nous avons à connaître et à habiter pour être en cohérence avec notre foi. Mercredi nous nous retrouvons autour du reportage « Dans les yeux d’Olivier » sur les mystères de la foi. Nous allons nous intéresser particulièrement à de lumineuses bénédictines et ouvrir notre réflexion avec des questions en petit groupe. C’est l’ouverture d’un cycle autour de la vocation que nous prolongerons les mercredis à venir! En ce début de semaine, demandons au Christ de venir unifier notre vie et laissons-Le l’habiter afin de nous dépasser car nous souhaitons tendre vers Lui ! À mercredi ! Marie-Laetitia

 ◊ 25 février

Nous venons de vivre un beau week-end à l’abbaye de Mondaye pour nous mettre à l’école de l’Esprit Saint. C’était une des étapes du parcours Alpha Campus qui se déroule à l’aumônerie cette année. L’Esprit Saint est un des dossiers délicats de notre foi. Le 13 mai dernier, le pape François disait à propos de l’Esprit : « On aurait envie de dire ‘Le Saint-Esprit, cet inconnu’, en pensant aux si nombreuses personnes qui encore aujourd’hui ne savent pas bien expliquer qui est l’Esprit Saint ». Le pape apportait un début de réponse à cette interrogation : « l’Esprit Saint est Dieu, mais c’est Dieu actif en nous, qui nous fait nous souvenir. Dieu qui fait se réveiller la mémoire. L’Esprit Saint nous aide à faire mémoire ». Nous souvenir de l’action de Dieu en nous, telle est l’œuvre de l’Esprit. Nous aider à collaborer à cette œuvre, à y répondre concrètement, c’est encore son action. Mercredi, nous accueillons le père Geffray pour une soirée-topo sur la vocation. La vocation est la rencontre entre l’appel de Dieu qui nous invite au bonheur et la collaboration de l’homme qui y répond dans sa pleine liberté. Ce topo fait suite à la belle soirée de partage autour de l’émission « Dans les yeux d’Olivier » sur la vocation. Qu’est-ce que Dieu attend de nous ? Comment l’écouter et lui répondre ? C’est tout l’enjeu de notre vie ! Que l’Esprit nous aide durant ces jours à reconnaître l’œuvre de Dieu en nous et à y collaborer ! Père Nicolas

◊ 3 mars

Ce qui nous donne la vraie liberté, le vrai salut, le vrai bonheur, c’est son amour de compassion, de tendresse et de partage. La pauvreté du Christ qui nous enrichit, c’est le fait qu’il ait pris chair, qu’il ait assumé nos faiblesses, nos péchés, en nous communiquant la miséricorde infinie de Dieu » nous dit le Pape François dans son exhortation pour le Carême qui se profile. Puissions-nous nous en rappeler au début de ces vacances qui s’articule avec le début du Carême. Nous vous rappelons que cette semaine l’aumônerie est fermée et que nous vous invitons à rejoindre vos paroisses pour vivre le mercredi des Cendres. Pour cette entrée en Carême, voici les conseils « à portée de main » de notre pape François pour prier :

✦ Le pouce est le doigt le plus proche de vous. Donc, commencez par prier pour ceux qui vous sont les plus proches. Ils sont les personnes les plus susceptibles de revenir à vos mémoires. Prier pour les gens qui nous sont chers est un « doux devoir ». Restons quelques instants en silence pour penser aux membres de nos familles, nos amis, nos collègues et les personnes connues ou inconnues que nous avons croisées en ce jour.

✦ Ensuite l’index. Priez pour ceux qui enseignent, ceux qui s’occupent de l’éducation et des soins médicaux : pour les enseignants, les professeurs, les médecins et les prêtres, les catéchistes. Ils ont besoin de soutien et de sagesse afin qu’ils puissent montrer le droit chemin aux autres. Ne les oubliez pas dans vos prières. Arrêtons-nous un moment pour méditer sur l’importance de l’enseignement de la petite enfance jusqu’à l’âge adulte et sur l’intérêt de soins de santé de qualité prodigués respectivement par un corps professoral et médical motivés.

✦ Le doigt qui suit est le majeur, le plus long. Il nous rappelle nos gouvernants. Priez pour le Président, pour les députés, pour les entrepreneurs et pour les administrateurs. Ce sont eux qui dirigent le destin de notre pays et sont chargés de guider l’opinion publique. Ils ont besoin de l’aide de Dieu. Attardons-nous un peu sur les dirigeants à tous les niveaux que ce soit : la politique, la magistrature, l’économie, la presse, les dignitaires spirituels.

✦ Le quatrième doigt est l’annulaire. Bien que cela puisse surprendre la plupart des gens, c’est notre doigt le plus faible, et tout professeur de piano peut le confirmer. Vous devez vous rappeler de prier pour les faibles, pour ceux qui ont beaucoup de problèmes à résoudre ou qui sont éprouvés par la maladie. Ils ont besoin de vos prières jour et nuit. Il n’y aura jamais trop de prières pour ces personnes. Nous sommes aussi invités à prier pour les mariages. À présent, prions pour toutes les personnes en position de faiblesse : les malades, les personnes handicapées, abandonnées, humiliées, endeuillées, les marginaux… Ceux et celles qui doivent se reconstruire après un traumatisme. Étant donné que l’annulaire est le doigt de l’alliance, demandons également au Seigneur de protéger les couples unis par le mariage.

✦ Et enfin, il y a notre auriculaire, le plus petit de tous les doigts, aussi petit que nous devons nous tenir devant Dieu et devant les autres. Comme le dit la Bible, « les derniers seront les premiers ». Le petit doigt est là pour vous rappeler que vous devez prier pour vous-même. Ce n’est que lorsque vous avez prié pour les quatre autres groupes, que vous pourrez le faire pour vous en toute confiance. Enfin, même si Dieu « votre Père sait bien ce qu’il vous faut, avant que vous le lui demandiez » (Mt 6,8), vous pouvez maintenant lui demander dans votre for intérieur de subvenir à vos besoins spirituels et matériels et si c’est conforme à sa volonté et à son plan d’amour sur vous, il vous l’accordera dans son infinie miséricorde. Bonne semaine, bonne entrée en Carême, unis dans la prière. Marie-Laetitia

 ◊ 11 mars

« Amen, je vous le dis : chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces petits qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait. Car j’avais faim, et vous m’avez donné à manger » Matthieu 25. Voici le chemin que l’aumônerie emprunte deux dimanches par mois pour aller à la rencontre du Christ et lui donner ce que nous avons : notre temps et notre joie. Aller servir ses frères de la rue n’est pas toujours simple, mais c’est cet abandon qui permet La rencontre. Il passe par notre discussion simple, par un geste, un regard, un rire… Le Seigneur s’est fait enfant dans une mangeoire, pourquoi pas mendiant sur le trottoir ? « Sortez de vos églises, allez aux périphéries. » C’est ainsi que le pape Francois nous exhorte à l’engagement. Aller à la rencontre de ces personnes dans le besoin, qui sont aux périphéries, non pas géographiques, mais bien plus lointaines, voici ce que propose l’aumônerie. Non seulement le dimanche vers les sans-abri, mais aussi le jeudi soir vers ceux qui nous sont proches au quotidien. Nous sortons de nos église, pour aller apporter ce que nous y avons reçu. Pour rencontrer et annoncer le Christ, il faut sortir de sa bulle, ouvrir les yeux, se ressaisir devant la misère, et épauler sa croix. Nous sommes au seuil de notre vie. Nos études sont l’antichambre de notre future vie professionnelle, sociale, humanitaire. Tout comme on n’imagine pas notre futur sans travail, peut-on s’imaginer une vie sans aider les autres, sans engagement ni responsabilité ? Elle est trop simple la vie de l’étudiant sans l’engagement. Elle est fade… Alors dès aujourd’hui, devenons sel de la terre et lumière du monde ! Allons apporter notre joie là où elle n’est pas car là-bas est le Christ. Prenons notre croix et avançons comme nous l’a montré Celui qui nous précède, car c’est ainsi que nous parviendrons à son Royaume. Car l’engagement est une force de l’âme, alors sachons l’utiliser dès maintenant, dans le service de nos frères. Bon carême. Paul R.

◊ 16 mars

Vivre le Carême comme un voyage ! L’ambiance du Carême, c’est l’ambiance d’un voyage. On part en voyage, c’est excitant, mais en même temps, on va découvrir des choses. On va peut-être voyager de nuit, on ne sait pas ou on va dormir, ce que l’on va manger. Il y a donc un esprit d’aventure qui est lié au voyage. On veut arriver au bout, mais il y a un chemin à parcourir. Il y a l’excitation du voyage mêlée à l’appréhension de l’inconnu. Le Carême, c’est une route qui nous mène vers cette grande fête de Pâques. C’est un peu comme un Paris-Marseille, si on est à Paris, Marseille est super loin, on ne la voit pas. En revanche, si l’on avance jour après jour, en faisant des pauses et en prenant le temps de cheminer, la ville apparaît à l’horizon. L’Exode est un bon exemple de l’aventure que nous sommes en train de vivre. Avant d’entrer en Terre Promise, les Hébreux ont marché 40 ans dans le désert du Sinaï sous le conduite de Moïse. Dans ce lieu hostile, ils ont dû apprendre à vivre avec l’essentiel et à faire confiance en Dieu. Le désert symbolise le lieu de la conversion car il est un lieu d’épreuves. Par le geste que nous avons reçu le mercredi des Cendres et le parole du prêtre : « Changez vos cœurs, croyez à la Bonne Nouvelle », nous souhaitons renouveler le désir de vivre. Comme avec son peuple, dans la longue traversée du désert, Dieu fait grandir la foi de celui qui marche vers Pâques, à la rencontre du Christ ressuscité. Le Carême, c’est l’aventure, on peut y arriver, en imitant Moïse prenant le chemin de Jésus. Bonne route avec le Christ, Mathilde L.

◊ 24 mars

La foi est-elle crédible face à la science ? Nombreux sont les étudiants qui font état d’une difficulté à se présenter comme croyant dans le cadre de la fac. Non pas qu’il y ait un esprit d’opposition ouverte à la foi… Mais bien plutôt en raison d’un a priori des tenants de la raison à l’égard de ce qui serait de l’ordre de la mythologie, de la crédulité. « Comment peux-tu vraiment croire en ces trucs ? » Pour parodier une attitude qui est à la mode dans les médias, les cathos ont un coming out un peu compliqué à vivre dans les labos et les couloirs des facs de science…. Qu’en est-il vraiment des relations de la foi et de la science ? La science et la foi peuvent-elles coexister ? La foi est-elle « crédible » face à la science ?… Il y a des dossiers plus ou moins légitimes qui illustrent les relations parfois tumultueuses entre la foi et la science, telle cette affaire Galilée régulièrement invoquée pour affirmer l’obscurantisme de l’Église. Il y a aussi des questions qui fâchent, telle la création du monde par Dieu. Qu’en est-il vraiment des relations de la science et de la foi ? Que pouvons-nous faire ? Nous réfugier dans la citadelle d’une lecture fondamentaliste pour éviter que le monde nous interpelle ? Fermer les yeux sur ce qui pourrait interroger ? Rentrer dans le rang, en espérant passer inaperçus ? Comment pourrait-on en arriver là lorsque nous professons que tout vient de Dieu, y compris la raison et la science qui sont des outils merveilleux ? Seul le dialogue est chemin vers la vérité. Alors osons ce dialogue ! ➥ Rendez-vous mercredi, pour notre soirée topo avec M. Thierry Machefert, agrégé de philosophie qui nous aidera à réfléchir. Père Nicolas.

◊ 31 mars

Cher(e) étudiant(te), Tu souhaites joindre l’utile à l’agréable pendant tes vacances d’été ? Laisse-toi tenter par une petite virée sympa à la découverte d’un pays qui a vu naître, au cœur des divisions du siècle dernier, une grande Figure spirituelle de notre Église. Cette figure, c’est Jean-Paul II et ce pays c’est … la POLOGNE ! Au programme : ambiance de dingue, visites culturelles, découverte des habitants et des différents lieux qui ont marqué la vie de ce grand Pape => Wadowice, où il a passé sa jeunesse ; Cracovie où il a, entre autres, découvert par sainte Faustine, qu’il a canonisée en l’an 2000, le Christ Miséricordieux auquel il a voué une grande dévotion ; Czestochowa, lieu lourd d’histoire et grand sanctuaire abritant l’icône de la Madone Noire, … et j’en passe ! Et, puisque chaque voyage suppose des étapes, nous te proposons de t’arrêter un jour ou deux à Prague, je te laisse rêver un peu ! Mais, tu t’en doutes, il ne s’agit pas seulement d’un voyage touristique à la manière d’un documentaire de Stéphane Bern, c’est également une occasion de rencontrer plus intimement le Christ, Celui-là même qui a appelé Karol et qui aujourd’hui t’appelle, toi, à le suivre et à l’annoncer malgré le contexte politique, social et sociétal difficile ! Et bien évidemment, ça te permettra de passer 10 jours de folie avec d’autres étudiants ! Bref, saisis ta chance et joins-toi à nous ! Petit détail qui a toute son importance : c’est du 14 au 26 juillet ! Si tu es freiné par des questions financières ou que tout simplement, tu ne peux pas venir mais le projet t’intéresse et tu voudrais participer d’une manière ou d’une autre, des projets (auxquels tu es invité à participer !) sont mis en œuvre pour baisser le prix : livraisons à domicile de croissants et pains au chocolat, petits travaux ménagers, ventes de gâteaux et crêpes… Merci ! « Je puis vous le confier : Dieu m’a fait la grâce d’aimer passionnément les jeunes, assurément différents d’un pays à l’autre, mais tellement semblables dans leurs enthousiasmes et leurs déceptions, leurs aspirations et leurs générosités ! » Jean-Paul II. Jeanne H.

7 avril

« Vous êtes coresponsables de l’avenir de votre Église » C’est dans cette citation de Jean-Paul II que se révèle, pour moi, plusieurs points clés de notre lien à l’Église, notre Mère. Tout d’abord, c’est la « vôtre », la « nôtre », donc ! La « mienne » tout autant que la « tienne », tout autant que celle des personnes en responsabilité, que les membres du clergé. Et c’est à la lumière de ce sentiment d’appartenance et de propriété que s’éclaire ce deuxième point : la co-responsabilité. Co-responsabilité à la fois horizontale et verticale : horizontale avec mes frères, avec ceux avec qui j’œuvre au sein et pour l’Église. Mais aussi, et d’abord…co-responsabilité avec Dieu dans le service de son Église. Le Christ nous a fait don de l’Église et Il est à l’œuvre, partie prenante, dans cette co-responsabilité. Il est Celui qui l’a désirée. Et enfin : l’avenir. L’avenir de notre Église et l’espérance que nous avons pour elle, nous devons le manifester : par nos actions, et par nos prières. Et nous ne devons cesser de prier pour notre Église, pour la sanctifier et pour qu’elle vive également de la grâce du Seigneur et de nos actions. Cette semaine sera marquée de rendez-vous allant dans ce sens : mercredi 9, nous aurons une soirée sur les questions éthiques autour du handicap et dimanche 13, grande marche pour les vocations organisée par le diocèse ! Venez nombreux ! RdV à 13h30 à Saint Aubin sur Mer, nous irons jusqu’à Douvres la Délivrande ! 
Bonne semaine ! Marie-Laetitia

◊ 14 avril

« Où est mon cœur ? » Au cœur de la Semaine Sainte, qui nous mène vers le mémorial de la mort et de la résurrection du Seigneur, les diocésains sont invités à entourer les prêtres et leur évêque pour la Messe Chrismale au cours de laquelle seront bénies ou consacrée les huiles nécessaires aux sacrements et diverses prières. Parmi ces huiles, il y a le Saint Chrême, utilisé pour les ordinations comme pour les confirmations. Celui qui reçoit l’onction du Saint Chrême est consacré pour le service de Dieu. Il reçoit la plénitude de l’Esprit et de ses dons : « L’Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction… » En tant que chrétiens, nous sommes, à la suite du Christ, consacrés par l’onction, nous sommes des christs, disciples du Christ, consacrés par l’Esprit et envoyés pour témoigner du Royaume et le faire advenir par notre vie. Comme le dit saint Paul aux chrétiens de Corinthe, « nous sommes la bonne odeur du Christ » (2 Co 2,15). Cette bonne odeur, ce sont les actes qui expriment notre foi en Dieu et notre amour pour nos frères. Sachons durant cette semaine mettre nos pas dans ceux du Christ pour grandir dans la fidélité à notre baptême qui nous configure au Christ, qui fait de nous des « oints », ou pour parler grec des « christ ». Hier, après la lecture de la passion, le pape François demandait à ses auditeurs auquel des personnages de l’évangile ils allaient ressembler : « Où est mon cœur ? Auquel de ces personnages (de l’Évangile) est-ce que je ressemble ? » Cette question nous accompagnera toute la semaine, grâce aux différentes activités de la semaine. Beaucoup ont des révisions, des partiels qui approchent, mais sachons préserver du temps pour Dieu, pour que la bonne odeur de l’Évangile se diffuse en notre vie… Où est mon cœur ? P. Nicolas

◊ 21 avril

Christ est ressuscité ! Alléluia ! Il a vaincu la mort ! Alléluia ! Que cette joie de Pâques et la confiance en le mystère de la mort et de la Résurrection du Christ nous portent ce soir dans notre prière. En effet, en lien avec l’Œuvre d’Orient, nous allons prier particulièrement pour les chrétiens persécutés. Tous concernés par ce que vivent nos frères à cause de leur foi, nous sommes invités à venir nombreux. La messe sera célébrée par le Père Charbel (prêtre maronite) et notre évêque, Monseigneur Boulanger. Rdv donc à 19h pour la Messe (avec remise de l’écharpe blanche aux confirmands), suivie d’un pique-nique « amélioré » dans les salles paroissiales avec partage d’une pita (pain), puis veillée de prière à St Gilles ! À ce soir. Marie-Laetitia

◊ 4 mai

L’entrée dans l’Église universelle de deux saint n’est pas un événement anodin. Pour marquer le coup, nous avons été une trentaine de l’aumônerie à partir, affronter le bus et les intempéries, pour vivre ce moment fort, cette «célébration à 4 papes». Plus que jamais la ville éternelle, Rome, a été pour l’Eglise un poumon, par la foi et la joie qui s’en émanait, et par l’universalité des pèlerins présents. Cependant, au delà de toute cette ambiance sur place, c’est tout le voyage qui fut riche de fruits spirituels. Nombreuses sont les épreuves qui nous ont découragé, mais qui nous ont aussi rapproché de cette vertu qu’est l’espérance. TOUT EST GRACE. On pourrait avoir du mal à y croire quand c’est le préambule de l’annonce d’une panne susceptible de nous faire rater a la fois la veillée, la nuit sur Rome, une place de choix, et même la canonisation, mais il faut y croire. Car l’espérance est une vertu qui n’a cessé d’habiter les saints papes Jean-Paul II et Jean XXIII et c’est ce qui leur a permit d’être « remplis de la liberté et du courage du Saint Esprit » selon les mots du pape François. Et c’est cette confiance en le Saint Esprit que je retire de ce pèlerinage. Avec ces deux saints comme modèle, sachons être fidèle en l’avenir, sous le regard de l’Esprit et ainsi vivre dans la joie et la charité. N’ayons pas peur d’être des saints ! Paul Rodriguez

◊ 15 mai

Rencontrer l’autre… C’est un défi toujours nouveau ! Dans les Actes des Apôtres, nous voyons combien il a été difficile pour les premiers chrétiens d’origine juive de s’ouvrir aux convertis originaires du paganisme. C’est l’Esprit Saint qui conduit l’apôtre Pierre à accueillir des païens dans la communauté, à les admettre comme disciples : « S’ils ont reçu de Dieu le même don que nous, en croyant au Seigneur Jésus Christ, qui étais-je, moi, pour empêcher l’action de Dieu ? » Pierre reconnaît qu’il a été précédé par Dieu et il se laisse déplacer dans ses idées…Aujourd’hui encore, nous voyons combien il est facile de se réfugier, de s’isoler entre gens qui vivent, pensent ou croient de manière identique. Pourtant le défi est toujours le même. L’Esprit nous pousse en avant pour que nous allions à la rencontre de l’autre. Il y a certes le défi de l’évangélisation. Mais il y a aussi celui de la fraternité. Tous, quelques soient notre pays, notre race ou notre religion, tous, nous avons été créés par le même Dieu, nous avons reçu le partage de la même terre. Comment s’ignorer ? se rejeter ? S’il est difficile de sortir de son milieu naturel, ce n’est pourtant pas impossible ! Même à une époque où les communautés risquent de se replier sur elles. Nous en aurons la preuve demain soir, mercredi 14 mai,  à l’aumônerie. En effet, nous accueillons l’InterFaith Tour : cinq garçons, un juif, un chrétien, un musulman, un athée et un agnostique qui sont partis pendant une année pour vivre un tour du monde à la rencontre de différents croyants et des initiatives inter religieuses… Ils nous rendront compte des expériences de coexistence qu’ils ont pu découvrir. Que leur exemple nous aide à toujours sortir pour aller à la rencontre de l’autre ! P. Nicolas

◊ 19 mai

Je vous propose cette semaine de méditer ce texte « d’être prêt », réflexion issue du scoutisme. Et si la promesse scoute n’est pas notre apanage à tous, nous nous retrouvons tous dans l’attitude de service qui est l’attitude du Christ, servir pour mieux aimer, comme Lui. Que cela nous envoie en mission vers nos frères ! Restons attentifs à ceux qui nous entourent. Certains sont déjà en vacances, ont du temps à donner, qu’ils n’oublient pas de faire fructifier ce temps au service des autres. À mercredi, Marie-Laetitia

 « Être prêt, ce n’est pas être préparé ; ce n’est pas avoir tout prévu ; cela est impossible, personne ne peut le faire. Être prêt c’est accepter la vie ; c’est bondir au-devant d’un jour nouveau ; c’est tendre les bras vers sa richesse inconnue ; c’est se tenir en face des heures qui viennent, calme et serein ; c’est vivre le présent avec force, courage et bonne volonté, sans s’inquiéter de demain. Être prêt c’est accepter la vie. Toute la vie, telle qu’elle vient à nous. Avec ce qu’elle a de plus beau et ce qu’elle a de plus triste ; avec ses jours légers qui passent tel un papillon ;
et ses jours pesants qui traînent comme le brouillard sur les champs mouillés. Pour être prêt, il faut avoir choisi. La vie est trop riche : il y a trop de choses qui nous attirent et nous appellent. Dans cette diversité, il faut choisir. Quel sera le verbe de ta vie ? Quel sera ton chant ? Tu as promis de servir. « Servir Dieu, ta famille, ton prochain » telle fut ta promesse. C’est le service que tu as mis au centre de ta vie. Servir est ton verbe. Tu as choisi. Tu es prêt. » Extrait du « Livre de lézard »

 ◊ 26 mai

« Vous devez toujours être prêts à vous expliquer devant tous ceux qui vous demandent de rendre compte de l’espérance qui est en vous ! »Lors de la messe de ce dimanche nous avons entendu cette consigne donnée par l’apôtre Pierre à la première communauté chrétienne. Cet appel est toujours d’actualité. Le pape François le reprend inlassablement, comme il l’a fait en Terre Sainte, terre de contraste, lieu béni par la visite du Sauveur et déchiré par la haine des hommes. Comment rendre compte de l’espérance qui est en nous dans notre monde, sinon par la force de l’Esprit Saint ? Jésus nous a promis de nous le donner : « Je prierai le Père, et il vous donnera un autre Défenseur qui sera pour toujours avec vous : c’est l’Esprit de vérité ». Demandons-lui de réaliser aujourd’hui sa promesse. Mercredi, avec les étudiants qui préparent leur confirmation, nous prierons Dieu de nous combler de l’Esprit Saint. Notre veillée de prière inaugurera une neuvaine d’intercession pour notre communauté et pour chacun de nous. Venons nombreux pour demander la grâce de l’effusion de l’Esprit. Avec l’Esprit, nous pourrons témoigner dans la force de Dieu ! Père Nicolas+

◊ 3 juin

Que ce temps entre l’Ascension et la Pentecôte, propice pour demander l’Esprit Saint, soit pour chacun d’entre nous l’occasion de rendre grâce pour l’année écoulée, pour les personnes rencontrées, le travail accompli, les amitiés créées… Et pourquoi pas prendre le temps de remercier notre Seigneur pour les grâces qu’Il nous a faites ? Notre Normandie se colore de manière internationale cette semaine avec le 70ème anniversaire du Débarquement : pour le fêter à notre manière nous vous proposons une soirée-film dans le thème… Ça tombe bien, la météo concorde avec ce programme ! Prions pour les étudiants qui recevront le sacrement de  Confirmation ce samedi à Bayeux ; n’hésitez pas à venir les entourer ! Marie-Laetitia

◊ 10 juin

Si je devais retenir un événement ayant fortement marqué mon expérience à l’aumônerie, ce serait sans aucun doute ce dimanche où nous nous sommes réunis autour d’un barbecue géant organisé pour les sans-abri. En réalité nous ignorions complètement dans quoi nous nous étions lancés, mais ce projet était trop plein de promesses de Joie et d’Espérance pour nos frères que nous ne pouvions l’abandonner ! Alors nous avons pris ce risque, le risque du Partage, du Bonheur et de l’Amour… Et heureusement !! Heureusement car cette journée a été bien plus qu’une simple réussite : elle a été un véritable partage de Bonheur. Par la joie, nos rires, la musique, nos voix, le Christ était vivant et présent ce jour là. C’est l’Esprit qui œuvrait en nous et qui comblait nos cœurs. Ces instants resteront pour tous ceux qui les ont vécus comme une grâce du Ciel, un inestimable cadeau, un don pour l’aumônerie. Dimanche prochain, 15 juin, nous tentons de nouveau ce pari un peu fou. Reprenons ensemble ce risque, pour continuer à cheminer dans notre démarche auprès de nos frères démunis ! Alors venez et voyez ! Venez vivre cette expérience inoubliable du Partage et de la Joie, cela vaut pleinement la peine d’être vécu ! Éléonore

◊ 23 juin

BIENTÔT LES VACANCES !! Nous abordons notre dernière semaine à l’aumônerie avant la grande pause de l’été. Deux rendez-vous sont au programme : ☀ Mercredi soir, après la messe : barbecue puis match de l’équipe de France ou plage ! ☀ Samedi 28 et dimanche 29 : week-end de fin d’année. Nous prendrons le temps de fêter la « noël de l’été », à savoir la Nativité de saint Jean-Baptiste avec une veillée au coin du feu et des saucisses grillées, entre deux balades à la plage. Nous terminerons ce temps fraternel par l’ordination de Laurent à Sées ou celle des Prémontrés à Mondaye. Ce sera ensuite le moment de se quitter pour l’été. Job d’été pour certains, pélé-jeunes à Lourdes ou rassemblement de jeunes à Paray, à Hautecombe pour d’autres… Sans oublier notre pélé sur les pas de Jean-Paul II. Au cœur de cet été, de repos ou de travail, n’oublions pas de laisser de la place, du temps à l’essentiel : le Seigneur ! Il n’est pas en vacances et nous attend chaque jour. D’ailleurs, les congés seront peut-être l’occasion d’avoir plus de temps pour Lui ? Bon été à tous !  P. Nicolas

 ◊ 2 août

Un été contrasté… L’été est généralement un temps de joie, de détente, de rencontres familiales et amicales… Mais, en ces jours, comment ne pas compatir à la douleur de tous ceux qui sont atteints par le malheur, ou l’adversité ? Il y a la guerre qui fait rage en Israël, la violente persécution contre les chrétiens irakiens… Et nous avons appris l’accident d’avion au Mali, au cours duquel est décédée Maëna, la sœur de Samuel, l’un des résidents de l’aumônerie. Nous connaissons tous Samuel, et beaucoup ont rencontré sa sœur à l’aumônerie, ou dans des associations de solidarité à Caen. Une mort est toujours injuste, quand elle fauche une personne jeune, quand elle intervient sans prévenir. Comment ne pas demander : « pourquoi ? »  Si cette question est légitime, notre foi nous invite à l’espérance. Il ne s’agit pas de gommer la souffrance, les questions ou même la révolte. Rappelons-nous Jésus au Mont des Oliviers lors de son agonie précédant sa Passion, ou même sur la Croix. Lui-même a été saisi par l’incompréhension : « pourquoi m’as-tu abandonné ? ». Non, mais il s’agit d’accueillir au cœur même de notre douleur, de nos questions, le cri d’espérance du Christ qui se confie au Père, sa victoire jaillie du tombeau. Nous savons que la mort n’a pas le dernier mot. Nous savons que Dieu reste à nos côtés, partageant nos douleurs et nos joies. Nous savons que ce qui est semé pendant la vie peut fleurir en éternité d’amour auprès du Père. En juillet, des étudiants pèlerins de Caen sont allés en Pologne sur les pas de Jean-Paul II. Son exemple, le témoignage de son pays et de l’Église polonaise sont la preuve que l’espérance ouvre toujours une brèche dans les situations les plus difficiles. C’est cette espérance qu’il nous faut accueillir aujourd’hui. C’est cette espérance que nous célèbrerons en faisant mémoire de Maëna, de tout ce qui était important pour elle, lors de la messe de 19h à Saint-Gilles, le mercredi 10 septembre. Nous prierons pour elle, pour ses proches et pour tout ce qui était important pour elle afin que son œuvre porte du fruit. Père Nicolas+

◊ 26 août

Chers amis, Malgré nos désirs de rester accrochés à nos valises, il faut bien le dire, la rentrée approche… L’été a été riche, dense, parfois questionnant et les retrouvailles n’en seront que plus émouvantes ! Nouvelle rentrée, nouveau départ… L’aumônerie commence son effervescence cette semaine, avec l’arrivée des résidents, la maison est pleine et s’apprête à rencontrer l’équipe d’animation ! Les projets se dessinent pour mieux accueillir chacun d’entre nous. Joie de retrouver les uns et les autres, de s’enquérir des projets de chacun et de rendre nos rêves possibles ! Les “mercredis de l’aumônerie“ reprennent le mercredi 3 septembre ! Soirée pendant laquelle nos tracts de rentrée vous seront dévoilés… lors d’un barbecue si le temps le permet. Rendez-vous donc à 19h à l’Abbaye aux Dames, petites mains bienvenues pour les divers services évidemment. Dans la joie de retrouver chacun d’entre vous, Marie-Laetitia

◊ 7 sept

C’EST PARTI !! Après la torpeur de l’été et avec le retour sur Caen de la plupart des étudiants, l’aumônerie a retrouvé son dynamisme : la communauté des résidents est au complet avec 7 nouveaux membres, l’équipe d’animation s’est mise au travail et le premier mercredi de l’année a réuni une assemblée nombreuse et heureuse de se retrouver. Mais pour nous, la véritable rentrée sera le mercredi 17 septembre avec la messe de lancement de l’année, que Mgr Boulanger, évêque de Bayeux et Lisieux célèbrera à l’Abbaye aux Dames. Cette messe sera suivie d’un buffet et d’un temps fraternel. Cette soirée de lancement est un moment important pour notre année. Elle permet d’accueillir les nouveaux étudiants, de faire connaître les activités de l’aumônerie, de mettre en place les ateliers. Nous avons besoin de tous, pour tracter sur les campus, inviter, préparer le buffet, jouer de la musique, aménager les locaux… Nous la préparerons ensemble ce mercredi après le dîner. N’hésitez pas à vous rendre disponible ! Ce même mercredi 10, lors de la messe, nous rendrons hommage à Maëna, décédée lors du crash au Mali en juillet dernier. Se souvenir de ceux qui nous ont quittés, rendre hommage à ce qu’ils ont réalisé, cela nous invite à continuer leur œuvre. Maëna avait le souci de rendre service. Que son exemple nous aide à être responsable les uns des autres au cours de cette nouvelle année. Père Nicolas

➥ Découvrez le Tract de rentrée 2014-2015

◊ 16 sept

Venez et voyez ! Dans l’Évangile, quand les premiers disciples rencontrent Jésus et se renseignent à son sujet, il leur fait cette réponse : « Venez et voyez ! » (Jn 1, 38). Venez avec moi, voyez comment je vis et vous découvrirez qui je suis, ce qui me fait vivre. Les disciples l’ont suivi. Ils ont vécu avec lui et ils sont devenus ses témoins. C’est ce même message que nous recevrons à l’aumônerie mercredi lors de la messe de rentrée de l’aumônerie, message qui nous fera vivre tout au long de l’année : « Venez et voyez ! ». Jésus nous attend à l’aumônerie pour que nous vivions en sa présence, afin de mieux le connaître. Ensemble, nous pourrons le célébrer. Ensemble, nous pourrons accueillir la joie de l’Évangile qui remplit le cœur et la vie de ceux qui rencontrent Jésus. « Venez et voyez ! » Devenons témoins de cette rencontre et de cette joie auprès de tous ceux que nous côtoyons à la fac. N’oublions pas ce que nous disait le pape François à Pâques : « La Bonne Nouvelle n’est pas seulement une parole, mais c’est un témoignage d’amour gratuit et fidèle : c’est sortir de soi pour aller à la rencontre de l’autre, c’est se tenir proche de celui qui est blessé par la vie, c’est partager avec celui qui manque du nécessaire, c’est rester aux côtés de celui qui est malade ou âgé ou exclu…« Venez et voyez ! » : l’Amour est plus fort, l’Amour donne la vie, l’Amour fait fleurir l’espérance dans le désert. » Venons et voyons ! Il est là qui nous attend au cœur de son Église. Bonne année à tous. Père Nicolas

 ◊ 20 sept

« Chrétiens, qui êtes-vous ? » Voilà la question que nous allons nous poser mercredi soir… Autour de nous, beaucoup de nos contemporains pensent que la foi chrétienne est ringarde, qu’elle appartient au passé, aux attitudes sociales qui témoignent d’une époque révolue…  Le christianisme risque de devenir un objet de musée… Pourquoi cet à priori contre la foi chrétienne ? Comment se fait-il que nous n’arrivions pas à faire saisir ce qui nous anime ? La faute n’en revient-elle pas à ceux d’entre nous qui vivent une foi qui en reste aux apparences ? Si la foi n’est qu’une manière de vivre, une étiquette, une attitude extérieure sans fondement, à quoi cela sert-il d’être chrétien ?  Ceux qui nous accusent d’être ringards ne nous incitent-ils pas finalement à revenir à l’essentiel ? Mais où est donc cet essentiel de notre identité chrétienne ? C’est ce que nous allons essayer de découvrir mercredi en réfléchissant, au travers de témoignages et des textes, sur le cœur de notre foi et de notre vie chrétienne. Le pape François ne cesse de nous exhorter à sortir de nos églises pour porter l’Évangile à ceux qui l’ignorent.  Le 17 juin dernier il nous disait : « Un chrétien, s’il n’est pas un révolutionnaire en ce temps, n’est pas chrétien. Il doit être révolutionnaire par la grâce. » Ne laissons pas cette révolution s’accomplir sans nous ! Père Nicolas

◊ 29 sept

« Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir ! » Nous connaissons tous cet adage… mais peut-être ignorons-nous qu’il est extrait des Actes des Apôtres. L’Apôtre Paul prête à Jésus une phrase absente des Évangiles : « En toutes choses, je vous ai montré qu’en se donnant ainsi de la peine, il faut secourir les faibles et se souvenir des paroles du Seigneur Jésus, car lui-même a dit : Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir. » (Ac 20, 35).

Notre société aujourd’hui est souvent marquée par l’égoïsme, chacun pensant d’abord à soi, au risque d’oublier l’autre ou même de l’écraser pour arriver en premier… Pourtant le Christ nous invite à prendre un autre chemin : celui du don de soi. Il nous en a donné l’exemple, Lui qui s’est donné aux hommes par son Incarnation et sa Passion, sans attendre en retour, « alors que nous étions encore pécheurs » (Rm 5, 8). Il nous en donne encore l’exemple, quand il se donne à nous, dans sa Parole ou son Eucharistie, sans attendre que nous soyons capables de répondre à un tel don… Nous avons tant reçu de Dieu… Comment ne pas donner ? Donner aux autres sans attendre de retour prend ainsi sa source en Dieu. Plus je me rapproche de Dieu, plus je me laisse aimer de Lui, et plus j’ai envie de donner gratuitement à la mesure de ce que j’ai reçu.

Mercredi, nous découvrirons trois témoignages qui illustreront cette attitude : Claire, qui a passé un an à Madagascar, Anne, qui est allé avec des Compagnons en Roumanie pour se mettre au service d’enfants, et Adrien, qui a travaillé avec l’association du Rocher dans une banlieue de Toulon. Avec eux, nous découvrirons combien donner aux autres permet de trouver une joie immense. Alors, venons écouter leur témoignage et sachons, comme eux, donner sans attendre de retour ! Père Nicolas+

« C’est l’amour de Dieu répandu dans nos cœurs qui doit inspirer et transformer notre être et notre agir. Le chrétien ne doit pas croire qu’il peut chercher le bien véritable de ses frères s’il ne vit pas la charité du Christ. Même s’il réussissait à modifier d’importants aspects négatifs dans la vie sociale ou politique, tout résultat serait éphémère sans la charité. La capacité même de se donner aux autres est un don qui jaillit de la grâce de Dieu. » (message de Jean-Paul II, Carême 2003).

◊  6 oct

Chers amis, cette semaine s’ouvre à Rome le Synode pour la famille. Famille, « petite Église domestique » comme cela nous est rappelé, lieu dont nous sommes tous issus et dont nous sommes responsables. Mais si notre famille est une petite Église domestique, c’est bien que la grande Église est notre famille. À nous d’en faire « un lieu privilégié de croissance, d’apprentissage du don de soi et du pardon », à nous d’investir notre Église. Nous nous donnons rendez-vous ce week-end pour partager ensemble un moment de découverte et de détente, en nous promenant dans Saint-Lô, en rencontrant son Maire, visitant son haras ainsi qu’un journal. Que les découvertes culturelles et humaines nous amènent à davantage nous connaître pour œuvrer ensemble. PAF : 10€ et un pic nic ! On recherche des voitures ! Ce mercredi, après la messe et le dîner, nous prendrons le temps de rendre grâce pour la joie de l’Évangile au cours d’une Veillée de Prière dans l’Abbaye. Nous comptons sur votre présence. Dans la joie de l’Évangile …Et de faire partie de la même famille ! Marie-Laetitia
◊ 12 oct

Échos du week-end d’intégration… Cette année, nous avions choisi de découvrir Saint-Lô, dans le diocèse de Coutances & Avranches. Avant une rencontre avec François Brière, le nouveau maire de la ville, nous avons visité les locaux de la Manche Libre, 1er quotidien de la région, en compagnie de Philippe Jubin et de Matthieu Toussaint. Nous avons ainsi découvert le métier de la presse écrite qui s’ouvre de plus en plus aux autres supports, ceux du web et de la télévision. Je retiens de cette visite la rencontre avec M. Benoît Leclerc et son épouse, propriétaires du journal. Leur témoignage fut comme une annonce de notre soirée de mercredi. M. Leclerc a souligné combien la foi chrétienne était une exigence de qualité pour celui qui s’engage dans une voie professionnelle. Être chrétien ne doit pas être un prétexte pour la médiocrité, bien au contraire… Ainsi, cela demande à celui qui est chef d’entreprise d’exceller dans sa fonction et de l’assumer avec droiture et fidélité. Parfois, cela exige d’assumer des rôles difficiles, comme celui de licencier. Il faut alors tenir en même temps le bien de l’entreprise, de chacun des employés tout en permettant à celui qui est licencié de pouvoir rebondir…  Soyez les meilleurs dans vos filières a-t-il demandé aux étudiants… non pas pour briller mais pour servir mieux. Nous continuerons cette réflexion mercredi soir avec Alain Charlier qui a fondé une entreprise de coaching. La foi chrétienne change-t-elle quelque chose dans le rôle du chef d’entreprise ? Peut-on être patron et chrétien ? À mercredi pour avoir la réponse à ces questions ! Père Nicolas

◊ 20 oct

À l’aube de cette nouvelle semaine, nous allons nous interroger sur ce qu’il y a « au-delà » : au-delà de la mort, qu’est ce qui nous attend ? Pour nous aider dans cette réflexion, nous allons pouvoir visionner ce film  https://www.youtube.com/watch?v=EnYjJjeo488 La question universelle de la mort et de l’après sera développée par Dom Martin de la Communauté Saint-Martin après les vacances, le mercredi 5 novembre afin de nous éclairer sur notre Espérance. D’ici là, bonnes vacances à ceux qui en ont, à mercredi pour les autres Marie-Laetitia

◊ 3 nov

Chers tous ! Nous avons eu la joie de fêter la Toussaint ce week-end, quelle meilleure occasion de nous rappeler notre appel personnel à la sainteté ? Tous, nous sommes appelés à être des saints ! Tous, nous sommes appelés à agir en fils et filles de Dieu. Quelle belle occasion de nous rappeler cette finalité de nos vies alors que nous réfléchissons ensemble à « l’après ». Après la vie, qu’est ce qui nous attend ? Quelle vie, quelle espérance après la mort ? Après le film « Au-delà », nous avons la grâce de recevoir Don Martin, du sanctuaire de Montligeon qui viendra nous parler de notre espérance chrétienne pour la vie après la mort. Alors, à mercredi. Marie-Laetitia

 ◊ 16 nov

Parle Seigneur, ton serviteur écoute… C’est par ces mots que Samuel se rend disponible à Dieu. À plusieurs reprises, Dieu l’a appelé, mais Samuel n’a pas compris que c’était Lui. C’est l’intervention de son vieux maître, Éli, qui l’a aidé à discerner. Comme Samuel, il nous arrive souvent de ne pas comprendre que Dieu nous appelle, de ne saisir ce qu’il nous demande, ou de ne pas l’entendre. Nous avons alors besoin d’un « Éli » pour écouter Dieu, pour répondre… L’appel de Dieu, qu’il soit appel à une vocation particulière ou au mariage est d’abord un appel à vivre son baptême. Être baptisé, c’est suivre Jésus, vivre comme lui. Mais comment Le suivre ? Nous vous invitons à prendre le temps d’écouter Dieu lors d’un week-end en décembre. L’Avent est propice à une récollection pour se préparer à accueillir Jésus. Ce sera aussi pour chacun l’occasion de se mettre à l’écoute de Dieu : se poser loin du bruit du monde, faire silence dans la prière, méditer ensemble la Parole de Dieu, rencontrer des témoins pour donner du sens à notre vie. Pour vivre son baptême, pour réfléchir à sa vocation. Pour se préparer à Noël… Je vous exhorte à prendre le temps de faire une pause durant l’Avent pour vous mettre à l’écoute de Dieu. Aucun baptisé ne peut faire l’économie de se poser la question du sens de sa vie. Comment rendre à Dieu et à son Église ce qu’il a reçu d’eux… Comment être témoin de la grâce reçue ? Alors, donnons-nous rendez-vous au Bec-Hellouin les 13 et 14 décembre prochains. P. Nicolas

 ◊ 25 nov

“Allez, sans peur, pour servir !” Voilà le message du Pape François L’expérience de nos rencontres, comme ce week-end à Ploërmel pour un temps avec les autres aumôneries du grand Ouest, nous montre que nous ne devons pas nous contenter de recevoir mais d’ « ALLER ». D’aller témoigner et faire découvrir le Christ dans nos vies, dans le petit groupe de notre paroisse, dans notre mouvement, dans notre aumônerie. Notre foi se partage, se transmet, afin que tous puissent connaître, aimer et professer Jésus-Christ. Jésus ne nous envoie pas seulement en mission, il nous accompagne, il est à côté de nous dans cette mission d’Amour.

« SANS PEUR ». Nous sommes envoyés ensemble. Nous sommes chaque jour confrontés à des défis, dans nos écoles,  à la fac, à la maison, et nous sommes plus forts ensemble. Nous découvrons des ressources chez les uns et les autres que nous ne pensions pas avoir. Nous sommes appelés à agir en groupe, en communauté pour grandir de nos erreurs et ainsi allez de l’avant, plus forts encore.

 « POUR SERVIR ». le Pape affirme qu’« évangéliser, c’est témoigner en premier l’amour de Dieu, c’est dépasser nos égoïsmes, c’est servir en nous inclinant pour laver les pieds de nos frères comme l’a fait Jésus ». Celui qui évangélise est évangélisé, celui qui transmet la joie de la foi, reçoit d’avantage la foi. N’ayons pas peur d’être généreux avec le Christ, de témoigner de son Évangile. Jésus-Christ compte sur nous ! L’Église compte sur nous ! Le Pape compte sur nous ! Venez donc nombreux au topo du Père Laurent Perrée ce mercredi, sur « Évangéliser : Pourquoi ? Comment ? » En Union de prière, Mathilde.

◊ 30 nov
Ça y est ! nous sommes entrés dans le temps de l’Avent. Temps de notre grand désir, grand désir de prendre conscience du don que Dieu nous fait en nous donnant son Fils, grand désir de rendre grâce et d’être pleinement enfants de Dieu et donc…sauvés par son Fils. Si ce temps est pour nous le temps de l’appétence de notre désir d’aimer Dieu, il peut être aussi l’occasion de communiquer notre joie et notre espérance au monde. N’hésitez pas à rejoindre le projet de Noël de la chorale qui souhaite aller à la rencontre de nos contemporains en chantant autour du marché de Noël. Pour cela, les trois prochains rendez-vous de l’aumônerie vont aller dans ce sens. Tout d’abord, le rendez vous exceptionnel de ce lundi 1er décembre, où nous allons écouter le Père Louzeau nous expliquer le « Notre Père » (et notamment l’enjeu de la nouvelle traduction) : quelle meilleure solution pour se positionner en tant qu’enfant de Dieu ? Puis ce mercredi 3, après la messe nous retrouverons le Père Bozo qui nous parlera du pardon. Cela viendra répondre à nos questions autour du pardon : de quoi avons-nous besoin d’être sauvés ? Et enfin, le mercredi suivant, le 10 décembre, nous le mettrons en pratique avec une veillée de prière et de réconciliation. Rendons grâces pour ce temps de l’Avent, que nous nous mettions en route vers Noël, vers Celui qui nous a déjà sauvés ! Marie-Laetitia

◊ 8 déc

Notre route vers Noël continue… Après une première semaine marquée par la conférence du père Louzeau sur la prière du « Notre Père », itinéraire spirituel qui nous incite à imiter Jésus dans notre vie quotidienne, après le topo du père Bozo mercredi sur le pardon, l’Évangile de ce dimanche a pris un relief particulier : « Jean proclamait un baptême de conversion pour le pardon des péchés. » Nous sommes invités à recevoir le pardon de Dieu afin de préparer nos cœurs à accueillir l’avènement de Jésus. Il est venu il y a deux mille ans. Mais il veut encore venir aujourd’hui en chacun de nos cœurs. Il veut faire sa demeure en nous… Comment l’accueillir dans un cœur encombré ? Comment l’accueillir sans auparavant purifier notre âme, notre cœur, en laissant l’Amour de Dieu nous restaurer dans notre dignité baptismale ? Pour que Noël soit pour chacun de nous un temps de grâce, un temps de disponibilité à Celui qui veut venir en nous, nous pourrons recevoir le Pardon de Dieu mercredi lors de notre veillée de prière, après le dîner. « Dieu veut veut que tous parviennent à la conversion » nous redit l’apôtre Pierre. Alors, venez demander et recevoir le Pardon afin de vivre dans la conversion, « dans la sainteté et la piété ». Venez ouvrir votre cœur à Celui qui vient. Dieu vous attend ! À mercredi. P. Nicolas

◊ 14 déc

Noël approche à grands pas. En effet, dans une dizaine de jours nous festoierons en famille. Mais que fêteront-nous ? La joie des cadeaux qui entourent le sapin ? La bûche du repas de Noël ? La vraie symbolique de Noël tend à être oubliée, en témoignent les vitrines, les lumignons et les sapins dans les rues des villes. C’est pourquoi il est plus qu’important pour nous chrétiens de prendre conscience de ce qu’est Noël, et telle était la symbolique de la  crèche vivante de Caen samedi 13 décembre ou encore de la veillée de pardon, mercredi 10, nous préparant à cette fête. Noël vient du latin « Natalis » qui veut dire Naissance. Cela peut vous paraître bateau et répétitif, mais ne cessons pas de nous rappeler que Noël est la naissance de Jésus, le Christ, envoyé par Dieu le Père pour nous sauver du péché et ainsi donner un tout autre sens à notre vie. Noël désigne donc le point d’émergence de notre foi. Ne cessons pas de nous le rappeler, car « il faut s’accrocher à Jésus, se rassembler autour de Lui pour Le saisir et ne plus Le laisser s’échapper, pour rien au monde. » (Mère Teresa) Comme nous l’a rappelé le père Berthout dans son homélie du dimanche 14, Noël c’est aussi le souvenir d’un match de foot et une messe célébrée le 25 Décembre 1914 entres soldats français et allemands. Ces souvenirs nous  invitent à vivre la fraternité. Afin de fêter Noël entres nous, l’aumônerie vous propose de venir mercredi prochain pour la messe à 19h, puis nous nous échangerons tous un modeste cadeau à 2 euros. Vous l’aurez compris, le but n’est pas de dépenser des mille et des cents mais de créer une ambiance fraternelle et conviviale autour du Christ. Réjouissons-nous, soyons dans la joie ! Le Seigneur est au milieu de nous, il nous apporte le salut. Vianney

◊ 27 déc

Nous venons de fêter la Nativité et, pendant huit jours l’Octave de Noël nous invite à rester dans la joie de cette fête ! Ce que nous célébrons, c’est l’avènement de Dieu parmi les hommes en Jésus à Bethléem. Pourtant, c’est aujourd’hui que Dieu veut régner dans nos cœurs. Il vient frapper à la porte de nos cœurs, pour y demeurer, pour faire en nous son œuvre de conversion. Ainsi nous donne-t-il la grâce d’engendrer son Fils unique en vivant dans la fidélité à la Parole. Nous sommes à l’image de la Vierge Marie parce que nous donnons vie à la Parole par notre fidélité à ce que nous lisons et à ce que nous entendons. Nous donnons chair à la Parole d’une manière spirituelle mais tout aussi réelle en la vivant, en la mettant en pratique. En se rendant au pied de la crèche, « chacun de nous est appelé à répondre, comme Marie, avec un « oui » personnel et sincère, en se mettant pleinement à disposition de Dieu et de sa miséricorde ». Sachons nous « mettre à l’écoute de la Vierge mais aussi de Saint Joseph, présent à ses côtés. L’exemple de Marie et Joseph est pour nous une invitation à accueillir Jésus avec une totale ouverture d’âme, lui qui, par amour, s’est fait notre frère. C’est Lui qui vient porter le don de la paix au monde comme le chanteront les anges aux bergers »Bonnes vacances à tous, bonnes révisions à ceux qui sont en examen et restons unis dans la prière en attendant de nous retrouver le mercredi 7 janvier. Père Nicolas+